Je m'autorise cette parenthèse pour me réjouir de la libération d'Ingrid Betancourt. Je lui souhaite beaucoup de courage pour se reconstruire après ces six années de calvaire.